LIGNE DE CRETE - MOTO

rando moto ligne de crete


Rando à pied et raquettes à neige
www.rando-vosges.com
 
Tour du Haut Valais périple en direction de quelques grands cols suisse.
vers les cols

 

C’est toujours comme ça ! Ca me prend au réveil … le ciel est bleu, la météo semble stabilisée au beau fixe, pas de boulot et ma Bumbelbee (surnom de ma TDM) piaffe d’impatience …

On est dimanche matin. Après le petit déjeuner copieux, je jette à la hâte quelques rechanges et une trousse de toilette dans la sacoche ventrale, une carte de Suisse et me voilà parti ! Je ne sais pas où je vais mais c’est en direction des montagnes, ça c’est sûr !

J’habite au pied su Ballon d’Alsace ! Je pars donc pars là, puis direction le Jura suisse par des petites routes en évitant celles que je connais déjà quand c’est possible. Cap au sud ! Vers Delemont par les Rangiers. Tient je ne connais pas les gorges de la Birse ! C’est parti, un petit restau le midi sera parfait dans ce cadre agréable !

Je reprends la route : Balsthal, c’est joli, la route est bonne, pas trop de monde et les kilomètres défilent avant de me faire piéger par une déviation qui me conduit à Olten ! Bon ! Un coup d’œil sur la carte … Pas le choix, je dois poursuivre jusque Aaburg. Toujours plein sud vers Langenthal, c’est là que commence vraiment la montagne et ses petites routes qui ne sont même pas sur ma carte ! Me voilà à Huttwil. C’est de plus en plus joli, ça grimpe, ça tourne à souhait…que du bonheur. J’arrive sur la crête ! La vue s’ouvre sur les Oberland . Quelle chance il y a justement un hôtel, je terminerai ma journée ici. Ce serait dommage de poursuivre sans profiter de ce cadre majestueux.

Lundi matin : descente en direction de Langneau . La route et minuscule, c’est une route à horaires ! Chaque croisement s’avère délicat même quand on est en moto !! Direction Luzern. C’est beau, mais la route est en fond de vallée, je prends donc vers la montagne dès que possible, toujours vers le sud ! Ça tourne bien et la route est magnifique ! Super. Epingles sur épingles !! Dommage que cette foutue béquille centrale à une fâcheuse tendance à frotter ! Je fais se serment de la virer dès mon retour ! Je roule pourtant peinard... Enfin il me semble.
La vue est plongeante sur le lac de Samersee et Giswil. Je profite d’un arrêt pour laisser monter le bus de la poste. (En Suisse la Poste transporte le courrier et les voyageurs) pour jeter un coup d’œil sur la carte !

Surprise ! Je suis à 60 km du fabuleux col du Sustenpass (2224 m) ! Pour la première fois je sais où je vais aller ! La montée au col est indescriptible ! Des motards dans tous les sens, ça grimpe et ça vire sur 28 km ! Le paysage est sublime, montagnes, glaciers, torrents et cascades. Au col, c’est une concentration de motos ! Génial !

Une pause rafraichissante s’impose et j’en profite pour jeter un œil sur la carte. Hummm ! Le Saint Gotthard (2018 m) démarre juste au pied, pourquoi s’en priver ? Je repars vers cette direction, ravis des virages que je vais y trouver, mon dernier passage dans ce col remonte à 1977 avec mon brave mono Ducati ! Que de souvenir … Mais la route a bien changé je reste sur ma faim. Je ne veux pas rester sur cette impression alors aussitôt en bas je repars vers ce col à 2478 m le Passo di Novena (dans le Tessin ça parle italien). C’est encore plus sinueux que les autres cols. Les épingles archi serrées se referment pour arriver à l’aplomb du virage précédent ! Whaouuu, il vaut mieux ne pas se louper, pas de glissières ni parapets. Je maudis cette béquille centrale, ses jours sont comptés, ça me fait trop peur.


Ici le paysage est désertique, la vue extraordinaire (et je m’y connais, je suis guide de montagne) mais le ciel n’est pas engagent d’énormes nuages d’orage menacent, il vaut mieux ne pas trainer en ces lieux . Quinze kilomètres de descente aussi sinueuse que la montée et me voilà à Urichen après avoir doublé de nombreuses caravanes qui dégagent une furieuse odeur de ferrodo cramés !! Un Hôtel pour motard avec une GSX-R campée sur un support me tend les bras ! Juste le temps de mettre ma TDM dans un box que l’orage se déchaine ! Je compatis pour tous ces motards qui continuent à descendre sous le déluge. Tandis que je sirote une bonne bière (hé oui je ne roulerai plus ce soir) avant de passer à table. Tandis que le thermomètre passe de 22° à 14° en moins de 30 minutes !

Mardi matin : Le ciel est bleu ! La route sèche ! IL fait un peu frais, genre petit matin qu’adorent les gros twing ou les mono. j’ai l’ai l’impression d’avoir 20 cv de plus. Je prends la route vers Andermatt il faut songer au retour. Arrivé à Gletsch, un petit bourg charmant, mon regard se pose sur le versant sud de la montagne ! Wahouuuu ! Un empilement de murs pour soutenir les épingles de la route… Irrésistible, c’est parti en direction du Grimselpass (2165 m) j’arrive au col avec une pensée émue pour ma béquille qui a rendu l’âme, ergots et ressorts coupés. Un lacet de chaussure la maintiendra en place jusqu’à mon retour à la maison. Trente-deux kilomètres de descente sinueuse pour regagner la vallée en direction des lacs d’Interlaken et Tuhn. Le paysage a changé aussi, c’est vallonné et vert, les lacs bleus et les rivières donnent envie d’y plonger, il fait 35 ° dans les villages. Passé Thun, nouvel crise de virolite aigue (Maladie incurable qui fait que dès qu’il y a plus de 10 km sans virage je m’ennuie profondément) je quitte la nationale et me voilà embarqué pour 110 km de routes minuscules, enchainement de virages de montées et de descentes dont une à 25 %.. C’est chaud surtout qu’il faut espérer ne croiser personne. Parfait ! Aucune voiture de vue sur ces cent bornes, c’est pour dire la fréquentation !

Il est déjà 13 h 30. Je dois vraiment rentrer. Je profite d’une pause boisson fraiche (hé non pas de bière, juste de la Rivella ! Vous ne connaissez pas ? C’est suisse et aussi deg que le coca ! Essayez !) pour faire un itinéraire par des routes jaunes le plus direct possible, sauf la traversée de Bâle et jusque Mulhouse par autoroute, à peine une quarantaine de km que je compenserai par un détour par le Ballon d’Alsace (hé oui, toujours cette foutue virolite !) La campagne Bâloise est sympa, il y a de beaux châteaux que je me promets de passer visiter et de nombreuses petites routes à découvrir à l’occasion.

Petit bilan de cette escapade, la première avec ma TDM 4tx de 1999 que j’ai depuis juin. Soit 854 kilomètres de pur bonheur. Ras sur la moto, niveau d’huile toujours ok, la chaine n’a pas bougé d’un poil, conso moyenne de 4,6 l / 100. J’ai adoré le couple omniprésent et les montées en régime digne des meilleurs 2 temps de ma jeunesse. Un bon caractère un peu linéaire qui accepte tout entre 3500 et 5000 tours. Le troisième rapport est sans doute celui qui a le plus de souffle et permet d’enrouler sur les petites routes à assez faible vitesse sans jouer du sélecteur. Quand la route se fait plus droite la quatrième est parfaite déjà entre 80 et 100 kmh . J’ai relativement peu utilisé la 5 ème, car le moteur n’aime pas trop en dessous de 4000 tours et là ça va déjà vite. La partie cycle et la tenue de route en font une moto agile agréable qui donne super confiance, je pense que ça doit approcher la perfection, mais tout ça, vous le savez déjà !! D’autres projet ? ouiiii refaire ces grands cols suisses avec ma petite Suzette (650 svs 1999 aussi) mais moins sagement cette fois (chutt des fois que les gendarmes suisses lorgnent aussi internet) !!

Retour.


 

 

 

 

 

 
 
interlaken
 

vers le grimselpass

 
grimselpass
 
sustenpass
 
montée au sustenpass
 
contact